2 nouvelles vidéos sur l'approche Carpe Diem

Publié le 07 Novembre 2020
Le puzzle 
 
À partir de son expérience intime de la maladie, Blandine Prévost explique la différence entre «reconnaître un visage» et «reconnaître une personne». Elle confie : «Je connais cette personne, son caractère, et je sais ce qu’elle représente pour moi. Puis, je prends conscience qu’il manque une pièce du puzzle… Il manque le visage. La seule pièce manquante qui balaie toutes les autres, la seule que l’on voit.».
 
L’approche Carpe Diem mise sur cette capacité à conserver les liens, à miser sur les informations qui permettent de retrouver la personne, au-delà de la capacité à reconnaître son visage ou à l’identifier par son nom.
«La prochaine fois que vous regardez quelqu’un, pensez à ce puzzle», dit Blandine Prévost.
 
 
Les médicaments
 
La distribution des médicaments se fait souvent d’une manière à ce que tout le monde puisse voir et savoir les prescriptions des uns et des autres.
 
L’approche Carpe Diem rappelle le droit à la confidentialité et au respect. Par ailleurs, la médicalisation des lieux de vie donne parfois la priorité aux soins physiques au détriment des autres besoins psychosociaux et affectifs. Progressivement et inconsciemment, la personne transformera son besoin relationnel et affectif, en problème de santé physique. La prise des médicaments deviendra le moment privilégié d’attention, d’affection et de relation.
Nicole Poirier nous en parle dans cette nouvelle vidéo.