La maltraitance

Publié le 09 Avril 2021
La commission de lutte contre la maltraitance et pour la promotion de la bientraitance en lien avec la Haute Autorité de Santé a invité AMA Diem à participer à une conférence de consensus visant à faire émerger une définition de la maltraitance des personnes vulnérables, première étape du travail de la  commission.
 
C’est la première fois qu'une telle tentative pour trouver une définition commune à tous, qu’il soit question d’adultes en situation de handicap, de personnes âgées ou d’enfants, est faite en France.
Nous entendons malheureusement souvent parler de maltraitance que ce soit en milieu institutionnel ou au sein des familles. Mais au fond, sait-on vraiment de quoi il s’agit ?
Qu’est-ce qui caractérise qu’un acte est une maltraitance ? Cette question à l’air simple de prime abord mais est en réalité bien plus difficile à appréhender que ce que l’on imagine. C’est pourquoi il a fallu de longs mois de travail à ce groupe pour se mettre d’accord et proposer un texte qui n'exclut aucune situation, et n’enferme pas non plus dans une définition trop rigide qui empêcherait toute créativité.
Par exemple, une personne qui crie est-elle maltraitée ? En apparence peut-être. Mais si la laisser crier était au contraire répondre à son besoin de s’exprimer, de se défouler alors qu’elle n’a plus les mots… Vaut-il mieux la laisser crier au risque de déranger, ou tout faire pour qu'elle se taise ?
AMA Diem a été invitée à prendre part à cette réflexion pour y intégrer le point de vue des personnes malades et c’est à ce titre que Blandine Prévost a été sollicitée pour ce travail. Nous saluons le soin de la commission de donner la parole le plus largement possible aux acteurs concernés et ne pouvons que soutenir cette volonté.
 
Bien entendu à AMA Diem, nous préférons parler de bientraitance et accompagner les familles et les professionnels pour leur donner le soutien, les connaissances et les outils pour leur permettre de rester bientraitants.
Bien convaincus que les personnes malades n’ont pas seulement le droit de ne pas être maltraitées mais également celui d’être bien traitées, et le droit au respect de leurs droits fondamentaux comme toute personne.
 
Le dossier d’appui et les annexes de la Démarche nationale de consensus pour un vocabulaire partagé de la maltraitance des personnes en situation de vulnérabilité vient juste de sortir en mars 2021.
 

Vous reprendrez bien un Café-zoom ?

Publié le 27 Mars 2021
A AMA Diem, nous aimons partager, des moments de Vivre ensemble pour ensemble Vivre avec et malgré la maladie.
 
Mais voilà plusieurs mois que nous sommes privés de ces temps d’échanges:
plus de visites au musée de Grenoble,
plus de sorties dans les espaces naturels sensibles de l’Isère,
plus de goûters, même plus de galette des rois ou de chandeleur…
Précaution oblige en ces temps de pandémie, ces joyeux rassemblements nous sont interdits.
 
Alors pour continuer à partager, nous avons pris l’habitude de nous rencontrer « virtuellement ».
 
Comme la communauté AMA Diem est formidable, l’interface est vite oubliée pour laisser libre cours à de joyeux échanges, riches et pleins de sens.
 
Peut-être même que derrière nos écrans certains freins à la parole tombent !
Pour ma part, je trouve qu’il y a une vraie profondeur dans ce que chacun apporte.
 
C’est un réel plaisir de vous retrouver à chaque fois, de partager un moment de vie, d’apprendre à vous connaitre.
 
Merci à tous et chacun car c’est vous qui faites d’AMA Diem ce qu’elle est :
Une oasis pour se ressourcer face à l’adversité de la maladie.
 

L'accompagnement des familles

Publié le 20 février 2021
Les familles sont toujours plus nombreuses à solliciter l'association. 
Elles traversent la crise sanitaire courageusement mais souffrent d'un isolement grandissant qui complique chaque démarche, et rend les projections difficiles.
Nous les soutenons grâce à des liens très réguliers. 
Ces contacts permettent d'identifier des besoins au détour d'une conversation, et de travailler avec le réseau de professionnels pour mettre en place les ressources adaptées. 
Ils sont aussi parfois l'occasion de lever des freins pour oser faire des projets souriants.
 
Les rencontres conviviales qui réunissent les personnes touchées et leurs proches ont pu reprendre cet été mais sont à nouveau stoppées.
Malgré tout, nous préparons activement les prochaines rencontres pour lancer les invitations sans délai dès qu'elles seront possibles. 
Les familles nous aident dans cette phase de réflexion et d'anticipation : cette projection est essentielle pour elles, qui sont impatientes de se retrouver  ! Une visite guidée du Château de Bon Repos sera sans doute notre prochaine sortie.
 
Un grand Merci à la famille qui a lancé cette idée et participé à sa préparation avec L'association de sauvegarde et d'animation du Château de Bon Repos.

Les bénévoles aux Maisons

Publié le 17 février 2021
Les bénévoles poursuivent leurs actions aux maisons en cette période de crise sanitaire. 
Dans le respect strict du protocole des gestes barrières, ils partagent des balades, des sorties en tandem, des moments de musique, chant, lecture ou papotage, pour le plus grand plaisir de tous.
 
Merci à tous ! Vous êtes précieux dans le quotidien des habitants.
Formés et accompagnés par l'association, leur présence aux maisons s'inscrit harmonieusement dans l'organisation des équipes d'intervenants. 
 
Et si l'aventure humaine vous tente, bienvenue ! 
 
 

ZOOM pour les porteurs de projets!

Publié le 02 février 2021
Parfois, des situations contraintes nous obligent à faire autrement et au final le résultat est surprenant !
 
Comme lorsque la crise sanitaire nous oblige à trouver d’autres moyens pour rencontrer les nombreux porteurs de projets voulant s’inspirer de l’expérience d’AMA Diem.
Impossible de se voir alors on va faire un zoom. Et si on rencontrait plusieurs porteurs en même temps, ça donnerait quoi ?
Et bien, ça donne des échanges animés et on ne peut plus passionnants avec des personnes passionnées qui comme nous veulent s'appuyer sur l'approche Carpe Diem pour faire un pas de côté et sauter le pas pour se dire pourquoi pas. Pourquoi pas une vraie Maison avec une autre approche, un autre regard, un regard porté sur la personne malade et ses proches, une approche qui donne du sens...
 
Ils ont partagé avec nous, le temps d'une soirée, leurs projets ambitieux, débutants ou déjà bien avancés. Ces échanges sont toujours un moment pour nous requestionner sur pourquoi. Pourquoi nous avons fait tel ou tel choix? Pourquoi nous avons mis toute notre énergie dans un projet tel que celui-là? Et aujourd’hui, quel en est le résultat? Avec une réponse évidente: si c’était à refaire, nous serions partants...
 
Merci à ces porteurs de projet de partager leur enthousiasme et leur créativité.
 
A bientôt peut-être pour de nouvelles rencontres avec un rêve, celui qu’un jour des maisons où il fait bon vivre avec et malgré la maladie fleurissent un peu partout !
 

ZOOM INSA

Publié le 17 Janvier 2021
Mardi matin, nous avons longuement échangé avec des étudiants de l’INSA (Institut National des Sciences Appliquées) de Lyon.
Ces 4 étudiants ingénieurs en spécialité génie civil et urbanisme, dans le cadre d’un projet sur la thématique « Ville, construction et maladie », s’intéressent aux projets architecturaux des établissements qui accueillent des personnes atteintes par la maladie d’Alzheimer.
 
Quand AMA Diem a travaillé sur le projet des maisons de Crolles, le projet architectural a été un des point central pour que le plan des Maisons soit au service de l'approche Carpe Diem qui sous tend toute notre démarche.
Rien, ou presque, n’a été laissé au hasard. Du choix des matériaux, à celui de l’agencement des espaces, en passant par l’implantation dans la ville, chaque élément a donné lieu à des rencontres joyeuses ou animées, des débats sans fin, des heures à chercher des idées visant à atteindre l’objectif de créer de vraies Maisons où pourtant tout est adapté à la vie avec la maladie sans que jamais celle-ci ne prenne le pas sur l’esthétique.
Une fois le résultat final obtenu, on en oublierait presque tous ces aspects, ces heures de travail et de réflexions, tellement les Maisons de Crolles ressemblent à des Maisons ordinaires.
 
Merci à Thomas, Amélie, Lucas et Sébastien de nous l’avoir rappelé !
 

2021

Publié le 01 Janvier 2021

On a besoin de vous...

Publié le 14 Décembre 2020
Cette année de nombreuses vidéos ont été publiées sur l'approche Carpe Diem prônée par Amadiem, une manière aussi, même à distance, de faire changer le regard sur la maladie.
Les avez vous visionnées ? Elles vous ont plu ? Alors sachez qu' il est encore temps de nous soutenir en 2020 par 1001 façons:
- l'utilisation du moteur de rechercher lilo qui reverse des gouttes d'eau à AMA Diem
 

2 nouvelles vidéos sur l'approche Carpe Diem

Publié le 07 Novembre 2020
Le puzzle 
 
À partir de son expérience intime de la maladie, Blandine Prévost explique la différence entre «reconnaître un visage» et «reconnaître une personne». Elle confie : «Je connais cette personne, son caractère, et je sais ce qu’elle représente pour moi. Puis, je prends conscience qu’il manque une pièce du puzzle… Il manque le visage. La seule pièce manquante qui balaie toutes les autres, la seule que l’on voit.».
 
L’approche Carpe Diem mise sur cette capacité à conserver les liens, à miser sur les informations qui permettent de retrouver la personne, au-delà de la capacité à reconnaître son visage ou à l’identifier par son nom.
«La prochaine fois que vous regardez quelqu’un, pensez à ce puzzle», dit Blandine Prévost.
 
 
Les médicaments
 
La distribution des médicaments se fait souvent d’une manière à ce que tout le monde puisse voir et savoir les prescriptions des uns et des autres.
 
L’approche Carpe Diem rappelle le droit à la confidentialité et au respect. Par ailleurs, la médicalisation des lieux de vie donne parfois la priorité aux soins physiques au détriment des autres besoins psychosociaux et affectifs. Progressivement et inconsciemment, la personne transformera son besoin relationnel et affectif, en problème de santé physique. La prise des médicaments deviendra le moment privilégié d’attention, d’affection et de relation.
Nicole Poirier nous en parle dans cette nouvelle vidéo.
 

2 nouvelles vidéos du colloque

Publié le 05 Novembre 2020
La conscience des personnes malades
 
Si la personne ne retrouve plus ses mots pour exprimer sa pensée, ses désirs, ses émotions, est-ce que cela nous autorise à conclure qu’elle n’a plus la conscience de ce qui l’entoure?
 
Dans cette vidéo, Blandine Prévost propose aux familles et aux professionnels de ne jamais baisser les bras : « Quand on perd la possibilité de se parler, on a parfois l’impression que l’autre n’est plus là. Ne vous trompez pas. En fait, on est toujours là…et c’est difficile d’être encore là. ».
 
L’approche Carpe Diem refuse de faire disparaître la personne derrière les symptômes de sa maladie, et par conséquent, de la priver de ses droits fondamentaux dont celui d’être considérée comme une personne à part entière.
 
 
 
Ils veulent partir 
 
Que faire avec les personnes qui veulent partir?
D’abord éviter de généraliser et de chercher un «truc qui marche» en espérant faire disparaître le problème. Ensuite, chercher à comprendre la personne et ce qui provoque ce besoin de partir.
 
Du jour au lendemain, elle se retrouve dans un milieu qu’elle ne connait pas et elle doit s’adapter à une organisation parfois rigide qui ne permet pas de créer des liens de confiance. Alors pourquoi voudrait-elle rester?
 
Une piste : donner envie de rester plutôt que chercher à contrôler les «fugues». Ce changement de paradigme oblige toute l’organisation à réfléchir sur son fonctionnement et sur la formation de son personnel, sur la place des familles et des proches. Le trouble n’est pas toujours où on le cherche.
 
Pourrait-on imaginer des lieux ouverts, en continuité avec la vie à domicile? Pourquoi une réponse aussi simple, logique et évidente est-elle si difficile à mettre en œuvre?
 
 

Pages